• L'ange et le diable

    Poésie

    Juillet 2008

     

    Un ange et un diablotin qui discute du monde. Malgré la forme, c'est un poème à tendance positive. Pas grand chose à en dire, sinon qu'il est assez long, si vous voulez le lire, accrochez-vous.

     

     

    Dans un élan de passion j'ai écrit une ligne

    Cette ligne exprimait une envie, était maline

    Elle n'aimait pas mon monde et ses souffrances.

    Elle a disparut quelque temps, mais est revenue.

     

    Du haut des étoiles, au coeur du ciel bleuté

    Un ange passe et notre terre embrasée

    Il a commenté d'une façon dure et déterminée :

     

    "Les hommes ! les hommes et leurs guerres!

    De quelle folie sont-ils donc atteins?

    Folie de guerre? De crime? D'envie?

    On m'a dit crime d'amour, mais l'amour est mort!

     

    Ils ont créer des villes, pour ne plus être seuls,

    Mais voila deux villes qui s'entre-tuent !

    Ils ont créer le feu, pour se réchauffer

    Mais voila les forêts brûlées chaque jour !

     

    Ils ont créer les religions, maîtresses de leur vie.

    De quel terrible passion est née cette idée?

    Venait-elle de l'enfer de Pluton?

    où s'entassent les âmes désincarnées?

    Venait-elle d'une illumination?

    Jésus Mahomet, ou quelque autre prophète?

     

    Les guerre ont durées, durées des années

    Des siècles puis des millénaires.

    Aujourd'hui le monde entier pleure

    Pour deux fillettes mortes à l'aube

     

    Mais qui à pleurer la vieille dame?

    Seule dans son fauteuil, elle est partie

    Sans un bruit, sans une parole,

    Elle a quitté le monde qu'elle aimait

     

    Personne n'a pleuré quand le bourreau

    Que la loi, de Dieu ou des hommes,

    A nanti d'une lame argentée

    Personne n'a pleurer quand est mort

    Le meurtrier de la jeune prostituée.

     

    Qui c'est un jour demandé,

    Si ils étaient dans le juste?

    L'homme tue par envie

    L'homme tue par passion

    Mais a-t-il ses raisons?

     

    Le soldat et le criminel sont pareil

    Mais l'un est soutenu par son pays

    Tandis que l'autre est poursuivi

    Ils mourront tout les deux

    Sous les balles ennemies.

     

    Tant de morts en une journée

    De cadavres calcinés

    Entassés dans la mémoire

    Qui oubliera un jour soir

    Aussi bien l'homme noir

    Que le soldat brave."

     

    Voila ce que dit l'ange,

    En voyant le monde,

    Puis un diable arriva

    Contempla et prononça:

     

    "Toi l'ange si blanc si vertueux,

    Tu as vu les pire misères

    De ce monde bleu et vert

    Mais as-tu vu cette mère?

    Si heureuse et si fière?

     

    As-tu vu cet homme fier

    Qui a un jour découvert

    Comment tuer la maladie

    Qui rend l'esprit dément?

     

    As-tu vu tout ces enfants

    Heureux devant l'école

    Agitant les cahiers colorés

    Et vivant le coeur léger?

     

    As-tu vu cette victoire

    Non de guerre mais d'espoir

    Quand enfin cette usine

    A fermé les portes

    Devant la volonté des écolos?

     

    Tu n'as pas vu non plus toutes les oeuvres

    A travers le temps et l'espace créées

    Montrant la beauté et le génie de l'humain

    Des pyramides aux palaces italiens?

     

    Tu a vu la peur où j'ai vu l'espoir

    Tu as vu la mort avant la vie

    Le tord avant le juste

    La misère avant le bonheur

     

    As-tu vu les fleuves tranquilles?

    As-tu vu les loups dans la forêt?

    Toi l'ange bleu sacré couleur roi

    Tu n'a rien vu de tout cela ..."

     

    L'ange en resta muet,

    En repensant à ces faits

    Et répliqua ces paroles :

     

    "N'es-tu donc point le mal?

    Toi l'enfant de Satan,

    Ne devrais-tu point te réjouir

    De la peur comme de la mort?"

     

    Et le diable le regarda

    Le toisa et le jugea

    Avant de répliquer

    D'un ton décidé :

     

    "Le mal n'est qu'une partie de l'histoire.

    Toi qui défend le bien tu n'as vu que l'horreur

    Mais sans l'horreur que serai le bien? rien...

    Je ne suis qu'un diablotin

    Mais j'ai vu que l'humain

    Malgré ses guerres et sa bêtise

    Avait assez d'hommes de bien

    Et d'hommes de foi, d'hommes de science

    Pour que jamais ils ne soient perdu."

     

    Le diablotin a vu les étincelles de bonté

    Là où l'ange a vu le brasier de méchanceté

    Lequel a raison? quelle question !

    Vivons donc pour l'avenir et les étincelles

    Et laissons loin derrière-nous le brasier!

     

    A tout ceux qui doutent, à tout ceux qui n'ont plus d'espoir

    Ce poème n'est certes pas parfait

    Mais le monde lui-même est imparfait

    Et pour le représenter il ne peut être question

    D'utiliser le parfait, utilisons donc le présent!

     

     04/07/2008

    « Claudia la petite vampire - entretien avec un vampireTristesse »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :